Humus
Pont-Aven / Europan 16

" Se pourrait il alors qu'existe, qu'advienne un urbanisme (...) qui croiserait l'attention envers la réalité des sites et leur nécessaire transformation programmatique sans recourir à la médiation d'espaces publics formellement préconçus ? Une conduite de projet ouverte, fluctuante (...) qui engendrerait le site par le programme et par le site ? "
Françoise Fromonot, " Manières de classer l'urbanisme" Criticat N°8, septembre 2011, Paris.
La vie moderne en crise

    Nos conditions de vie contemporaines ont été mises à l’épreuve par la crise sanitaire du covid 19. 
Des besoins de changements ont été engendrés ou se sont accrus chez nombre d’urbains, las des contraintes des grandes villes qui se partagent l’attractivité du maillage territorial français.

Ainsi des territoires précédemment délaissés sont de nouveau considérés, pour la qualité de vie plus locale qu’ils peuvent offrir, à plus petite échelle.

   Cette remise en question est particulièrement manifeste chez des usagers jeunes diplomés ou jeunes actifs, recherchant plus de surface à habiter sans être aliénés à un loyer excessif au regard de leurs revenus, un cadre de vie plus naturel, à proximité de la mer, un cours d’eau, une forêt, des montagnes...tout en bénéficiant des avantages d’une condition urbaine, qui apporte une proximité de services, commerciaux, culturels, une offre de loisirs et la possibilité de nouvelles opportunités professionnelles.

   Les publics précaires et isolés ont quant à eux encore plus violemment été touchés.es par les conditions irrespirables de la vie moderne à l’heure des confinements, qui n’ont que rappelé l’inégalité toujours croissante d’accès à des conditions de vie décentes. 

   Très populaire d’un point de vue touristique, la ville de Pont-Aven traverse également une crise de vitalité, enfermée malgré elle dans un héritage historique riche mais aliénant.
Pourrait-elle offrir une nouvelle forme d’attractivité inclusive ?

   Serait-il possible de bénéficier d’un logement abordable sans renoncer à une surface généreuse et un logement de qualité ? 

De bénéficier de locaux d’activité et de travail compatibles avec des revenus parfois modestes, en particulier pour des métiers de création, du secteur culturel ou de l’artisanat ?
Et ce, tout en vivant dans un cadre naturel remarquable, en lien avec des axes territoriaux importants, comme ici à Pont Aven ?
La Belle-Angèle, supersurface ambivalente

    Le site de la Belle-Angèle va ici être considéré comme un lieu d’ancrage idéal pour répondre à ces  demandes qui se font pressantes.

   La Belle Angèle, ancien site industriel introverti, se présente sur un dallage épais, continu, imperméable, qui apparaît en premier lieu comme le symptôme d’une anthropocène violente, en opposition avec son environnement qui croit librement spontanément au bord de l’Aven au fil des saisons.

   Pourtant, cette dalle va devenir un support de protection, qui va permettre de jouer avec les dangers qui l’entourent et la constitue. Les risques sont ici liés aux enjeux écologiques de notre époque, de par les dérèglements en cours et à venir, en particulier en lien avec l’eau (précipitations soudaines, entraînant crues, montée des eaux...)

   Dans cette perspective, la dalle de la Belle-Angèle est à la fois un quai qui protège, mais aussi une épaisseur à altérer, creuser, un sol artificiel à découper, pour y intégrer les conditions géographiques auxquelles elle semble s’opposer et y introduire une nouvelle dimension paysagère.

   Le projet Humus considère le site par deux axes principaux : une réflexion programmatique accompagnée de solutions architecturales, soutenue et nourrie par une réflexion paysagère.

   La Belle-Angèle devient un grand espace public, ponctué de divers  évènements programmatiques. Son parcours met en scène la super surface et ses manipulations qui permettent de la réadapter à une nouvelle vitalité. 

 
E16 Panneaux A1_1.3 FINAL.png
Le Paysage du projet Humus

    Le site de la Belle-Angèle demande aujourd’hui à reprendre Vie. La dalle béton est évidemment le principal frein au développement d’un quelconque écosystème mais elle peut aussi être mise à profit, adaptée voir modifiée pour faire de ce projet un projet durable et vert contre toute attente. La végétation qui sera intégrée dans le projet Humus va pouvoir contribuer à cette renaissance. 

Végétal - le premier maillon de la chaîne
Planter des végétaux (arbres, arbustes, vivaces…) est la première étape de la reconstitution de l’écosystème perdu. Le végétal étant le premier maillon de la chaîne alimentaire, implanter du végétal va permettre d’attirer énormément d’insectes pollinisateurs et autres microfaunes, qui sont aujourd’hui en péril de par la pollution, les pesticides, et la disparition des habitats naturels. Pour attirer ces insectes des espèces mellifères seront plantées. De même, les noues paysagères devenant des zones humides viendront accueillir toute la faune spécifique de ces milieux.

Végétal intelligent 
   Sur cette zone imperméable de par la dalle béton, les systèmes végétalisés tels que les jardinières, les toitures terrasses végétalisées, et les noues paysagères sont autant de zones tampon qui permettent d’absorber une partie des eaux pluviales qui coulent vers l’Aven et donc de limiter les risques de crue. Plus encore, les noues ont un rôle dépolluant car la circulation des eaux de pluie à travers ce réseau végétalisé va permettre grâce à la phytofiltration d’épurer l’eau de certaines molécules polluantes.

Végétal nourricier
   Le végétal se doit de s’inscrire dans l’écosystème même du projet “Humus”. Ainsi les toitures végétalisées, accessibles aux habitants, seront plantées d’arbustes aux fruits comestibles mais aussi de nombreuses plantes aromatiques. 
De même, un grand verger de pommier verra le jour, afin d’alimenter la cidrerie, ainsi qu’une houblonnière pour fournir la brasserie. D’autres arbres fruitiers seront à la disposition des utilisateurs : Figuier, Mûrier platane, et de nombreux petits fruitiers (groseillier, cassissier, framboisier, fraisier…)

Les différentes solutions offertes pour végétaliser la Belle Angèle impliquent soit une reconstitution d’ écosystèmes hors-sol qui ne nécessite pas de modifier la dalle telle que les jardinières et les toitures terrasses végétalisée, mais également des interventions sur cette dalle pour aussi permettre une perméabilisation et venir pallier les potentiels aléas climatiques. 
Stratégie programmatique et architecturale

Les habitations - vivre le long de la rivière
   - Logement Locatif
Logement avec bail géré par une coopérative
   - Logement en accession:
Maison individuelle contemporaine au bord de l’eau, ciblant les primo accédant (VEFA). 
   - Foyer et résidences:
Logement collectif de type co-résidence pour accueillir des ouvriers agricoles mais également des jeunes travailleurs ou des profil de foyer dans le besoin (suivi par les services sociaux, famille monoprental, femme battue ...).
   - Logements ateliers
Résidence 2 ans : par une fondation type Cité des arts de la Belle-Angèle, ou location avec bail plus long. Permettent d’occuper une petite surface, plus isolée et calme, et bail moins cher puisque répartition 80 / 20%

Offre culturelle
Studios de création d’images: Studios photo, montage, tournage et de fabrication de décors, petite salle de projection et bureaux partagés.

Salle de représentation Artistique:
Salle de moins de 200 places . Un plateau ouvert à  toutes les formes artistiques de représentation.

Offre économique : produire et distribuer en lien avec la production agricole locale
   - Brasserie  et    Cidrerie
Production locale de bière, support économique des équipements à vocation culturelle ( enseignement du projet de Gruson).
Pressoir relié à la production d’électrique issus de la station hydraulique.
   - Meunerie:
Faire revivre une production largement répandue dans la commune dans le passé. Moulin relié à la production d’électrique issus de la station hydraulique.
   - Vergers sur dalle
Pommiers pour expérimenter une cuvée spéciale La Belle-Angèle
   - Marché couvert où l’on consomme ce que l’on achète. 3x fois par semaine, avec certains stands qui restent tous les jours, producteurs locaux valorisés. Petits commerces de bouche.
   -  Lieux de restauration + cabaret:
Bar-restaurant lié à la brasserie, la cidrerie. En lien également à la production horticole et maraichère.
   - Halles de marchés en lien avec des commerces de type coopérative.

   - Petite centrale hydroélectrique:
Production d’électricité en utilisant le courant de l’Aven, pour éclairer les équipements d’activité cités ci-dessus l’éclairage extérieur des communs et espaces publics (concept “usine propre”)
 

 
Humus
Stratégie opérationelle et phasage : Nouveaux montages à experimenter

-  Ressource liée au montage de l’opération : OFS Office Foncier Solidaire pour promouvoir une forme de propriété
non-spéculative
Le réseau national se constituant, il n’en existe qu’un à Rennes pour le moment, imaginer la possibilité de création d’un OFS ‘Concarneau-Cornouailles ?


Chronologies et acteur.ice.s potentiel.les.

Phase 1

-      Dépose des structures métalliques réemployés après diagnostic
-  Conservation de l’infrastructure existante : murs de soutènement et dallage.

- Logement accession libre / promotion privée : 
Maison individuelle en bandeau et à patio, opération initiatrice, petite opération dans un cadre privilégié (possibilité de VEFA).
- Consultation de Foncières Solidaires existante et/ou création d’une antenne locale  pour la création d’habitat groupé.

- Commerces / halle de marché. Acteurs publics + privés, favoriser les coopératives.
De manière contemporaine, investissement d’opérateurs publics et privés pour la création de la halle de marché et sa gestion : producteurs et commerçants de la région, et postes permanents pour certains stands, en particulier commerce de bouche.

- VRD : sécurisation de la dalle vis-à-vis des cycles de l’eau
Mise en place des noues comme premier processus de transformation mais aussi de mise en sécurité de la dalle.
- Etudes et Appel d’offre pour la création de la petite centrale électrique auprès de concessionnaires / entreprises intéressées
- Etudes et Appel d’Offre pour la cidrerie et brasserie, création verger et meunerie


 Phase 2

- Les Locaux d’activité en croissance liés au cinéma, sont loués ou achetés
- Baux emphytéotiques (pourcentage de 50% préconisé) pour les ateliers, favoriser formation et réinsertion
-  Mise en place d’ équipes d’accompagnement( exemple archi + chercheurs) pour la création d’habitat groupé (building group)
- Les chantiers des appels d’offres de la phase 1 sont lancés.


 Phase 3

- Augmentation constructibilité des logements possibles, en habitat groupé / petits collectifs / résidences-foyers
- Les Studios s’aggrandissent
- Création de la Cité des arts de la Belle-Angèle : résidence via fondation (2 ans) ou location
Résidence-atelier, peut être à destination de  loyer simple, sans destination atelier (T1 studio-atelier  30m2 / T2-atelier 40-50 m2/ T3- atelier 60m²/grand atelier 150m²)
- Création de la Grande halle de spectacles et son jardin
- Transformation des parkings paysagers vers des systemes de revetement drainants.
- Création d’un petit équipement: garde d’enfant, médicale (service à la personnes), secrétariat. 


 
E16 Panneaux A1_3.3 FINAL.png
Suivez nous sur
  • Facebook
  • Instagram